L'inadéquation du gouvernement et nos tâches

[Contexte : en 2019, sous le gouvernement jaune-vert composé du Mouvement 5 étoiles et de la Ligue, le gouvernement Conte a signé un mémorandum pour la participation du pays à la Route de la soie chinoise. L'importance de cette signature était donnée par le fait que l'Italie était membre de l'OTAN, du G7 et membre fondateur de l'Union européenne. Par la suite, le parti 5 étoiles a rompu l'alliance avec la Ligue et en a formé une autre avec le PD et d'autres partis. Le Premier ministre, cependant, restait toujours Giuseppe Conte, de 5 Stelle. Les gouvernements suivants ont tenté de ne pas mettre en œuvre le mémorandum, malgré les avantages qu'il aurait apportés au pays. Le gouvernement d'extrême droite de Giorgia Meloni prévoit de l'annuler.]

par Francesco Maringiò

source : https://www.marx21.it/editoriali/linadeguatezza-del-governo-ed-i-nostri-compiti-editoriale/

Depuis la fin des restrictions liées à la pandémie, les activités institutionnelles entre l'Europe et la Chine ont repris à un rythme soutenu, les délégations chinoises arrivant en nombre sur le vieux continent (et en Italie) au cours des derniers mois et les principaux dirigeants européens s'envolant pour Pékin. De Scholz à Macron, de Sanchez à Von der Leyen, d'Orban à Vucic, etc. Moins l'Italie qui, cette semaine encore, a envoyé son ministre des affaires étrangères Tajani appeler à une relance du partenariat stratégique entre les deux pays, prélude au retrait de l'Italie de l'initiative "la Ceinture et la Route".

Soyons clairs : l'Italie est entrée dans la Route de la soie grâce au travail effectué par les 5 Étoiles dans le premier gouvernement Conte, la Ligue tentant in extremis de casser le banc, mis en place (avec beaucoup d'engagement) également par " son " sous-secrétaire Geraci. Mais à partir de là, ce fut une course d'obstacles, des morceaux de la majorité boycottant l'application du Mémorandum, de mèche avec le PD qui, avec Fratelli d'Italia (tous deux dans l'opposition à l'époque), a fait échouer la seule initiative diplomatique italienne qui, ces dernières années, a fait du pays un protagoniste d'une initiative internationale.

En effet, l'adhésion à la Route de la Soie avait provoqué un tollé car, après des années, l'Italie tentait de construire sa propre initiative autonome capable de protéger ses intérêts. Ce qui était bien moins que ce que la France et l'Allemagne, par exemple, faisaient depuis un certain temps et bien mieux que nous.

J'en veux pour preuve la visite de Scholz, puis de Macron, à Pékin avec les meilleurs industriels nationaux.

Mais notre gouvernement a trop peur de finir comme Conte pour penser à l'intérêt général du pays. Comme l'a rappelé Bettini, en mettant (involontairement ?) son parti face à de très graves responsabilités, "Conte n'est pas tombé à cause de ses erreurs ou de ses retards, mais à cause d'une convergence d'intérêts nationaux et internationaux qui ne l'ont pas considéré comme suffisamment disposé à les suivre et donc, pour eux, peu fiable"[1]. Et au lieu de cela, la très fiable Meloni, après s'être placée en pole position sur la ligne des extrémistes de guerre ukrainiens, envisage maintenant d'apporter aux États-Unis un cadeau spécial, celui de la rupture avec la Chine. Et peu importe que cela se fasse au détriment de nos relations avec Pékin et que cela mette nos entreprises dans l'eau chaude. On lit dans la presse ce passage symptomatique de l'air qui souffle : " Il Domani rapporte que lors d'un dîner avec un groupe d'entrepreneurs italiens dimanche, Tajani a répondu aux craintes d'éventuelles répercussions négatives sur les exportations et les investissements en disant : " Mais n'avez-vous pas compris le contexte géopolitique dans lequel nous opérons ?"" . C'est comme si le ministre avait dit : " J'ai un patron " !

Un refrain qui dure depuis longtemps et qui, avec la guerre en Ukraine, a gagné en intensité et en inefficacité (voir sous : votes à l'ONU). Il n'est pas encore certain que la phase multipolaire actuelle soit caractérisée par le désordre et l'incertitude, du moins jusqu'à la structuration d'un système multipolaire, qui ne pourra voir le jour que lorsque l'Occident aura fait des pas en arrière substantiels dans son contrôle et sa gestion unilatérale de certains organes et mécanismes internationaux. Mais d'ici là, la phase sera très fluide, caractérisée par des puissances moyennes qui accentueront leur "non-alignement", d'autres qui seront de plus en plus des "swings states" (oscillant entre différents camps) ou "alignés avec tout le monde", comme l'Arabie saoudite, allié historique des États-Unis et aujourd'hui nouveau membre des BRICS+. Dans ce monde, un gouvernement qui pense pouvoir isoler la Chine en mettant en œuvre un éloignement progressif des économies européennes (en crise profonde) ou la faire reculer technologiquement, ou encore qu'il n'est pas douloureux de faire sauter un mémorandum signé quelques années plus tôt juste pour faire plaisir à Washington, au moment où le reste du monde est prêt à célébrer le dixième anniversaire du projet de la Nouvelle Route de la Soie, montre toute son inadéquation. Et elle ne comprend pas que cette configuration actuelle et la tentative de construire un bloc occidental en guerre contre le monde entier, ne laissera qu'une seule victime immédiate sur le terrain : l'Europe.

C'est pourquoi, dans les pages de Marx21, vous trouverez chaque jour des informations et des analyses sur le monde en mutation. Non par étrangerophilie ou par fantaisie intellectuelle, mais parce qu'autour du choc voulu par l'unipolarisme atlantique (c'est-à-dire l'impérialisme) avec le monde multipolaire articulé sur l'axe russe et chinois se trouve la contradiction principale de notre époque, qui est la base sur laquelle s'articule aujourd'hui la lutte des classes, à l'échelle planétaire. Ce n'est qu'à partir de cette prise de conscience que nous pouvons saisir le sens et l'urgence de notre action : celle de la lutte contre les fractions belliqueuses des pays occidentaux, qui alimentent la course à la guerre et les politiques impérialistes. Qui restent notre principal adversaire stratégique.

[1] Le deuxième gouvernement Conte est tombé après que Renzi et son petit parti ont décidé de lui retirer la confiance (en pleine pandémie). Les raisons étaient douteuses. Bettini, qui a toujours été proche et informé de ce qui se passe en coulisses, affirme que les véritables raisons de la chute sont dues au fait qu'au niveau international (OTAN et États-Unis) et au niveau national (la partie des pouvoirs publics et privés proche des États-Unis), ils ont encouragé, organisé et soutenu la manœuvre du petit parti de Renzi (comment un homme avec un petit parti peut-il faire tomber un gouvernement européen en pleine pandémie ?) pour changer le Premier ministre Conte qui n'a pas suivi les indications provenant de ces cercles. Après Conte, Mario Draghi, ancien président de la Banque d'Italie et de la Banque centrale européenne, est devenu Premier ministre. Un homme connu des puissances atlantiques et en qui elles ont confiance. Le pays a oublié le mémorandum avec la Chine et s'est à nouveau aligné sur les États-Unis.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Luciano Canfora : "Holodomor, l'atlantisme plie l'histoire à ses fins".

Général Fabio Mini: L'Ukraine à genoux et l'Europe confrontée au prix du gaz

Sahra Wagenknecht : Le marxisme contre la géopolitique

Jeffrey Sachs : Expansion de l'OTAN et destruction de l'Ukraine

Fulvio Scaglione: LE VICE DE L'OUEST

Le monde de Lénine. Passage à l'Orient

L'élargissement des Brics, l'aube d'un nouveau monde ?

L'Ukraine et la paix. Si ce n'est pas maintenant, quand ?

Nous avons besoin de la paix, mais pas à n'importe quel prix

L'arnaque de 1995 : pourquoi Poutine gagne