Les États-Unis sont confrontés à une défaite dans la guerre géopolitique à Gaza

 https://mronline.org/2023/10/17/u-s-faces-defeat-in-geopolitical-war-in-gaza/

Cent ans après la révolte arabe (1916-1918) contre les Turcs ottomans au pouvoir, dans le contexte de la défaite imminente de l'Allemagne et de la Triple Alliance lors de la Première Guerre mondiale, un nouveau soulèvement armé des Arabes a éclaté, cette fois contre l'occupation israélienne, dans le contexte de la défaite imminente des États-Unis et de l'OTAN lors de la guerre d'Ukraine, offrant le spectacle palpitant d'une histoire qui se répète sans interruption.

L'Empire ottoman s'est désintégré à la suite de la révolte arabe. Israël devra lui aussi quitter les territoires qu'il occupe et faire place à un État palestinien, ce qui, bien entendu, constituera une défaite cuisante pour les États-Unis et marquera la fin de leur domination mondiale, rappelant la bataille de Cambrai, dans le nord de la France (1918), où les Allemands, encerclés, épuisés et dont le moral s'effritait en raison de la détérioration de la situation intérieure, ont dû faire face à la certitude que la guerre était perdue, et se sont rendus.

Le flot torrentiel d'événements de la semaine dernière est à couper le souffle, à commencer par un appel téléphonique du président iranien Sayyid Ebrahim Raisi au prince héritier saoudien Mohammed bin Salman mercredi pour discuter d'une stratégie commune face à la situation qui a suivi l'attaque dévastatrice du Mouvement de résistance islamique, le Hamas, contre Israël le 7 octobre.

Plus tôt dans la journée de mardi, le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, avait souligné dans une déclaration forte que "du point de vue militaire et du renseignement, cette défaite (du Hamas) est irréparable. C'est un tremblement de terre dévastateur. Il est peu probable que le régime usurpateur (israélien) puisse utiliser l'aide de l'Occident pour réparer les profonds impacts que cet incident a laissés sur ses structures dirigeantes".

Un haut fonctionnaire iranien a déclaré à Reuters que l'appel de M. Raisi au prince héritier visait à "soutenir la Palestine et à empêcher la propagation de la guerre dans la région. L'appel était bon et prometteur". Après avoir forgé une large entente avec l'Arabie saoudite, le ministre iranien des affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, s'est entretenu avec son homologue émirati, le cheikh Abdullah bin Zayed, au cours duquel il a appelé les pays islamiques et arabes à apporter leur soutien au peuple palestinien, en insistant sur l'urgence de la situation.

Jeudi, M. Amir-Abdollahian a entamé une tournée régionale en Irak, au Liban, en Syrie et au Qatar jusqu'à samedi, afin de se concerter avec les différents groupes de résistance. Il a notamment rencontré le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, à Beyrouth, et le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, à Doha. M. Amir-Abdollahian a déclaré aux médias que si Israël ne cessait pas ses frappes aériennes barbares sur Gaza, une escalade de la Résistance était inévitable et Israël pourrait subir un "énorme tremblement de terre", le Hezbollah étant prêt à intervenir.

Axios a rapporté samedi, en citant deux sources diplomatiques, que Téhéran avait envoyé un message fort à Tel-Aviv via l'ONU, indiquant qu'il devrait intervenir si l'agression israélienne contre Gaza se poursuivait. En clair, Téhéran ne se laissera pas décourager par le déploiement de deux porte-avions américains et de plusieurs navires de guerre et avions de chasse au large des côtes israéliennes. Dimanche, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a reconnu que les États-Unis ne pouvaient exclure que l'Iran intervienne dans le conflit.

Pendant que l'Iran se coordonnait avec les groupes de résistance sur le front militaire, la Chine et l'Arabie saoudite passaient à la vitesse supérieure sur le plan diplomatique. Jeudi, alors même que le secrétaire d'État américain Antony Blinken se rendait dans les capitales arabes après des entretiens à Tel-Aviv, à la recherche d'une aide pour obtenir la libération des otages par le Hamas, l'envoyé spécial de la Chine au Moyen-Orient Zhai Jun a contacté le vice-ministre des affaires politiques du ministère saoudien des affaires étrangères, Arabia Saud M. Al-Sati, au sujet de la situation israélo-palestinienne, en mettant l'accent sur la question palestinienne et la crise humanitaire qui se déroule à Gaza, en particulier. Le contraste ne pourrait être plus net.

Le même jour, un événement extraordinaire s'est produit au ministère chinois des affaires étrangères lorsque les envoyés arabes à Pékin ont demandé une réunion de groupe avec l'envoyé spécial Zhai pour souligner leur position collective selon laquelle une crise humanitaire "très grave" est apparue à la suite de l'attaque d'Israël sur Gaza et "la communauté internationale a la responsabilité de prendre des mesures immédiates pour apaiser les tensions, promouvoir la reprise des pourparlers de paix et sauvegarder les droits nationaux légitimes du peuple palestinien".

Les ambassadeurs arabes ont remercié la Chine "d'avoir défendu une position juste sur la question palestinienne... et ont exprimé l'espoir que la Chine continue à jouer un rôle positif et constructif". M. Zhai a indiqué qu'il comprenait parfaitement que "la priorité absolue est de garder le calme et de faire preuve de retenue, de protéger les civils et de fournir les conditions nécessaires pour soulager la crise humanitaire".

Après cette réunion extraordinaire, le ministère chinois des affaires étrangères a publié sur son site web, à minuit, une déclaration détaillée de Wang Yi, membre du bureau politique du comité central du PCC et ministre des affaires étrangères, intitulée "La Chine se range du côté de la paix et de la conscience humaine sur la question de la Palestine". Cette déclaration aurait incité le ministre saoudien des affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, à appeler Wang Yi.

Il est intéressant de noter que M. Blinken a lui aussi appelé Wang Yi depuis Riyad le 14 octobre. Selon le communiqué du département d'État, il a "réitéré le soutien des États-Unis au droit d'Israël à se défendre et a appelé à la cessation immédiate des attaques du Hamas et à la libération de tous les otages", tout en soulignant l'importance de "décourager d'autres parties (l'Iran et le Hezbollah) de s'engager dans le conflit".

En bref, dans tous ces échanges impliquant l'Arabie saoudite - en particulier, dans les réunions de Blinken à Riyad avec le FM saoudien et le prince héritier Mohammed bin Salman, alors que les États-Unis se sont concentrés sur la question des otages, la partie saoudienne a plutôt tourné l'attention vers la crise humanitaire à Gaza. Les rapports du département d'État mettent en évidence les priorités divergentes des deux parties.

Il suffit de dire qu'une stratégie coordonnée entre l'Arabie saoudite et l'Iran, soutenue par la Chine, fait pression sur Israël pour qu'il accepte un cessez-le-feu et une désescalade. Le soutien de l'ONU isole encore davantage Israël.

La sortie de Benjamin Netanyahou est prévisible, mais il ne jettera pas l'éponge sans combattre. Les liens entre les États-Unis et Israël risquent d'être mis à rude épreuve. Le président Biden est pris dans une impasse, rappelant la situation difficile dans laquelle se trouvait Jimmy Carter lors de la crise des otages iraniens en 1980, qui avait mis fin à sa candidature à un second mandat présidentiel.

Quelle sera la suite des événements ? Il est clair que plus l'assaut israélien sur Gaza se poursuivra, plus la condamnation internationale et l'exigence d'un corridor humanitaire s'intensifieront. Non seulement des pays comme l'Inde, qui ont exprimé leur "solidarité" avec Israël, perdront la face dans les pays du Sud, mais même les alliés européens de Washington seront mis à rude épreuve. Il reste à voir si une invasion de Gaza par Israël est encore réaliste.

À l'avenir, l'axe Arabie-Iran-Chine soulèvera la question de la situation critique de Gaza au Conseil de sécurité des Nations unies, à moins qu'Israël ne se rétracte. La Russie a proposé un projet de résolution et insiste pour qu'il soit mis aux voix. Si les États-Unis opposent leur veto à la résolution, l'Assemblée générale des Nations unies pourrait intervenir pour l'adopter.

Entre-temps, le projet américain visant à ressusciter les accords d'Abraham perd de sa force et le plan visant à saper le rapprochement saoudo-iranien négocié par la Chine risque de mourir subitement.

En ce qui concerne la dynamique du pouvoir en Asie occidentale, ces tendances ne peuvent que profiter à la Russie et à la Chine, surtout si les BRICS devaient à un moment donné jouer un rôle de premier plan dans la conduite d'un processus de paix au Moyen-Orient qui ne soit plus le monopole des États-Unis.

L'ère du pétrodollar s'achève et, avec elle, l'hégémonie mondiale des États-Unis. Les tendances émergentes contribuent donc largement à renforcer la multipolarité dans l'ordre mondial.

Le blog n'adhère pas nécessairement à tous les points de vue exprimés dans les articles republiés. Notre objectif est de partager une variété de perspectives que nous pensons que nos lecteurs trouveront intéressantes ou utiles.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Luciano Canfora : "Holodomor, l'atlantisme plie l'histoire à ses fins".

Général Fabio Mini: L'Ukraine à genoux et l'Europe confrontée au prix du gaz

Sahra Wagenknecht : Le marxisme contre la géopolitique

Jeffrey Sachs : Expansion de l'OTAN et destruction de l'Ukraine

Fulvio Scaglione: LE VICE DE L'OUEST

Le monde de Lénine. Passage à l'Orient

L'élargissement des Brics, l'aube d'un nouveau monde ?

La nouvelle Union européenne ? Un parti unique de l'OTAN et de l'austérité. Les Etats-Unis remercient

L'Ukraine et la paix. Si ce n'est pas maintenant, quand ?

L'arnaque de 1995 : pourquoi Poutine gagne