Ukraine : le dangereux pari de l'OTAN que la Russie ne réagira pas à l'escalade

 

par Francesco Dall'Aglio 

3 juin 2024

La Russie considère les situations politico-militaires en fonction du risque pour sa survie, l'OTAN en fonction des coûts, c'est-à-dire quel est le prix à payer pour gagner : s'il est trop élevé par rapport aux bénéfices, l'investissement est arrêté, car sa propre survie n'est jamais en danger puisque les guerres se déroulent ailleurs. La Russie ne peut pas se permettre ce raisonnement.

Ukraine : le dangereux pari de l'OTAN

En ces jours d'escalade, j'ai très peu écrit, parce que je voulais essentiellement lire ce que certains analystes dont les pensées m'intéressent pensent de toute cette situation : des analystes russes, bien sûr, parce que ce sont eux que, comme nous voulons leur faire la guerre (qui, comme toutes nos guerres, est "juste et sainte"), nous devons étudier.

L'un d'entre eux est Ilya Kramnik, qui a une page Telegram très visitée, même si pour l'observateur occasionnel elle ressemble à la page d'un refuge pour chats, et qui a posté hier des messages intéressants - et inquiétants, bien sûr, aussi inquiétante que la situation l'est. Il a ensuite tenté de minimiser la situation, en l'aggravant si possible.

De ce qu'écrit Kramnik, nous retiendrons surtout une considération qui peut paraître sibylline : l'OTAN (j'utilise ce terme pour désigner l'ensemble US+UE+UK et autres poissons frits comme le Canada, l'Australie, etc. puisqu'il n'y a plus de différence entre les appareils politiques et militaires) évalue ses actions en fonction du coût, la Russie en fonction du risque.

Ainsi, l'OTAN considère que le fait d'imposer à l'adversaire des coûts (économiques, matériels et humains) suffisamment élevés est un élément de dissuasion qui la conduit à la victoire (ce qui a généralement été le cas : voir la Yougoslavie et l'Irak. D'autres fois, cela n'a pas été le cas) ; le coût que la Russie est prête à payer est cependant incommensurablement élevé, car son évaluation est exclusivement liée à la réduction ou à l'élimination du risque.

Cette différence substantielle d'approche n'est pas toujours perçue (presque jamais, en fait) et génère un faux sentiment de sécurité chez ses adversaires, qui croient qu'elle "ne réagit pas" parce qu'elle n'a pas les moyens, parce qu'elle est faible, parce qu'elle est pauvre, parce qu'elle est corrompue, etc. Elle ne réagit, en principe, que lorsqu'elle estime que le risque est devenu trop élevé (dans le passé, bien sûr, elle n'a pas réagi, ou n'a pas réagi efficacement, en raison de diverses limitations : organisationnelles, matérielles, etc.)

Le problème est que lorsqu'elle réagit, et elle l'a toujours fait dans le passé, la réaction n'est plus symétrique et ne s'arrête qu'à l'anéantissement total de l'ennemi ou au moins à la fin définitive de la menace - ce que l'OTAN ne fait finalement pas, parce qu'elle est intéressée à vendre du Coca-Cola à l'ennemi vaincu. Mais la Russie n'a pas de Coca-Cola à vendre.

Essayons de comprendre ce que cette divergence de vues signifie dans le langage d'escalade qui a dominé le débat ces derniers temps.

Dans les temps modernes, les menaces qui pèsent sur la Russie sont toujours venues de l'Occident (je parle de menaces existentielles, qui mettent en péril la survie de l'État). La guerre russo-japonaise de 1905 et celles de 1935-1939, que beaucoup oublient, n'entrent pas dans cette catégorie) : la Suède, la Pologne, l'Empire napoléonien, l'Allemagne - à deux reprises.

Il s'agissait toujours de conflits potentiellement destructeurs pour la Russie, de conflits dans lesquels son territoire était envahi et souvent largement occupé, dans lesquels ses ressources étaient détruites ou pillées, et dans lesquels une partie non négligeable de sa population était éliminée.

Cette prémisse banale, à la portée de n'importe quel lycéen, nous permet de comprendre une constante de la politique étrangère russe, à savoir la nécessité de déplacer ses frontières le plus à l'ouest possible afin de défendre le noyau économique et démographique du pays (le heartland du heartland, pourrait-on dire).

De ce point de vue, tant l'empire russe que l'URSS d'avant 1941 présentaient des situations avantageuses, qui n'ont toutefois pas empêché la Russie d'être attaquée avec les conséquences susmentionnées ; l'idéal était la situation de l'URSS d'après 1945, avec la ceinture de satellites du Pacte de Varsovie qui augmentait de manière disproportionnée la ceinture de sécurité en la faisant débuter au cœur de l'Occident, c'est-à-dire à l'endroit d'où provenait la menace.

La fin de l'URSS a donc non seulement entraîné une réduction spectaculaire de la taille de la Russie, à tous égards, mais a également introduit un élément d'insécurité stratégique, la perte de profondeur territoriale à l'Ouest (ainsi que dans le Caucase et en Asie centrale, mais de là, les menaces étaient et restent très limitées car l'Empire ottoman n'existe plus).

La Transnistrie, l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud ont été les tentatives essentiellement réussies de maintenir une présence minimale dans ces zones perdues), qui s'est aggravée avec le temps : l'entrée dans l'OTAN de la Pologne (1999) et des pays baltes (2004) ont isolé Kaliningrad et réduit l'espace de manœuvre dans la Baltique, et l'entrée de la Roumanie et de la Bulgarie (2004) a cédé à l'OTAN la rive occidentale de la mer Noire, en plus de la rive méridionale qu'elle occupait déjà depuis l'entrée de la Turquie (1952).

Ajoutons aussi la République tchèque, la Hongrie et la Slovaquie (1999 pour les deux premières, 2004 pour la Slovaquie), ajoutons le bouclier antimissile qui devait techniquement protéger l'Europe de l'Iran mais qui, manifestement, pouvait aussi servir à autre chose, et pas seulement à la défense, ajoutons le discours de Poutine à Munich en 2007 ("nous serions ravis que vous arrêtiez") et la réponse de l'OTAN au sommet de Bucarest en 2008 ("au lieu de cela, ajoutons aussi la Géorgie et l'Ukraine") et nous pouvons nous rendre compte de la situation de risque perçue par les dirigeants russes et non perçue par l'OTAN ou perçue et ignorée, parce que la Russie, pour le discours susmentionné, ne réagira pas. Et elle n'a pas réagi, en effet, jusqu'à ce que le risque devienne intenable avec l'Ukraine, et nous savons ce qui s'est passé en 2014 et à partir de 2022.

La réponse de l'OTAN a été une augmentation des coûts (sanctions d'abord, envoi d'équipements militaires avec la destruction conséquente de matériel et d'actifs russes et une augmentation stupéfiante des dépenses ensuite) comme moyen de dissuasion qui, cependant, n'a pas arrêté la Russie de quelque manière que ce soit parce que, comme nous l'avons dit plus haut, elle ne pense pas en termes de coûts mais de risques, et le risque d'une Ukraine dans l'OTAN (ou comme j'aime à dire l'OTAN en Ukraine) est plus élevé que n'importe quel coût.

Maintenant que même les optimistes les plus incurables ont compris que le plan initial, à savoir des coûts insoutenables et l'effondrement sous le poids des sanctions et de l'armement déversé en Ukraine, a échoué, la stratégie de dissuasion doit être recalibrée et les coûts recalculés, et augmentés.

La flotte de la mer Noire (même si elle est peu utile dans cette guerre), les défenses antiaériennes en Crimée et ailleurs, les raffineries et les dépôts de carburant, et enfin même les radars d'alerte précoce - mais ceux-ci, outre le fait qu'ils n'ont pas été détruits (sinon nous les aurions remarqués), en tant qu'avertissement et réponse aux exercices nucléaires de la Russie - et l'autorisation de frapper le territoire russe avec des armes occidentales (très vraisemblablement, d'ailleurs très probablement maniées par du personnel occidental), c'est-à-dire pour le renseignement et le choix des cibles, parce que les FFAA ukrainiennes n'ont pas les moyens de le faire par elles-mêmes, non plus seulement sur la Crimée et les territoires occupés, considérés comme "non russes", mais sur la Russie proprement dite, c'est-à-dire en intervenant directement, à toutes fins utiles, dans le conflit.

Là encore, le pari est que la Russie ne fera finalement rien, que le coût en perspective est trop élevé et qu'une situation de compromis devra finalement être trouvée, qu'il s'agisse du " scénario coréen " ou d'une variante de la " formule Zelensky ".

Mais il s'agit bien d'un pari : et ce n'est pas un hasard si le jeu des Américains est en fait le poker et celui des Russes les échecs, deux jeux très difficiles mais avec deux différences profondes, non seulement techniques mais culturelles.

La première est le bluff. Au poker, vous pouvez supposer que votre adversaire n'a pas les cartes qu'il vous fait croire qu'il a en main. Vous voyez le bluff, et vous avez peut-être raison : il n'avait rien en main, vous avez gagné sans rien faire, et c'est ce que l'OTAN fait depuis quelques décennies. Mais aux échecs, toutes les pièces sont sur l'échiquier : voici ce que j'ai, et je l'utiliserai entièrement s'il le faut.

La deuxième différence est encore plus importante au poker, et c'est le sacrifice : pour gagner, je peux, et même je dois, sacrifier des pions, des chevaux, des fous, des tours, et même la reine si nécessaire. Aucun coût n'est trop élevé, car tout ce qui se trouve sur l'échiquier sera utilisé.

En conclusion : la Russie considère les situations politico-militaires en fonction du risque pour sa survie, l'OTAN en fonction du coût. L'OTAN ne pose pas le problème d'être détruite mais de savoir quel est le prix à payer pour gagner (ou pour obliger l'adversaire à quitter la table le plus vite possible) : s'il est trop élevé par rapport aux bénéfices à en tirer, soit on n'en fait rien, soit on met fin à l'investissement, car sa propre survie n'est jamais en danger puisque les guerres se déroulent ailleurs.

La Russie ne peut se permettre ce raisonnement. La menace de l'Ouest est toujours potentiellement destructrice, cet Ouest est maintenant tout proche et il faut l'empêcher de se rapprocher. Ici, les supporteurs aveugles de l'Otan peuvent exulter dans leurs petites chambres : "Ah, la Russie a peur de nous !!!". Bien sûr que la Russie a peur de nous. Et elle a raison de l'être, compte tenu de son histoire et surtout de la nôtre. Mais nous ferions bien d'avoir peur de cette peur, car cette peur signifie, au fond, que la Russie est prête à aller, toujours, beaucoup plus loin que nous : parce que ce n'est pas notre survie qui est menacée, c'est la sienne.

Elle peut tolérer beaucoup de choses, y compris même un repli substantiel comme celui de l'après-guerre froide, tant qu'elle ne perçoit pas de menace existentielle. Si elle la perçoit, et l'Ukraine est dans ce cas, elle acceptera, comme elle l'a fait, quel qu'en soit le prix : Elle entrera en guerre, avec tous les coûts humains, économiques et politiques que cela implique ; elle dévastera irrémédiablement un pays auquel elle est liée par l'amitié et la parenté ; elle acceptera que sa propre population civile soit soumise à des actes de représailles ; elle abandonnera les liens économiques et culturels avec l'Occident ; elle acceptera une relation déséquilibrée, mais non risquée, avec la Chine ; et si les opérations militaires ne se déroulent pas comme elle le souhaite, elle sera prête à une escalade de plus en plus sévère, jusqu'à l'escalade ultime.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Luciano Canfora : "Holodomor, l'atlantisme plie l'histoire à ses fins".

Général Fabio Mini: L'Ukraine à genoux et l'Europe confrontée au prix du gaz

Sahra Wagenknecht : Le marxisme contre la géopolitique

Jeffrey Sachs : Expansion de l'OTAN et destruction de l'Ukraine

Fulvio Scaglione: LE VICE DE L'OUEST

Le monde de Lénine. Passage à l'Orient

L'élargissement des Brics, l'aube d'un nouveau monde ?

La nouvelle Union européenne ? Un parti unique de l'OTAN et de l'austérité. Les Etats-Unis remercient

L'Ukraine et la paix. Si ce n'est pas maintenant, quand ?

L'arnaque de 1995 : pourquoi Poutine gagne