Nous avons besoin de la paix, mais pas à n'importe quel prix

 par Fabio Mini

Général de corps d'armée, il a été chef d'état-major du commandement de l'OTAN pour l'Europe du Sud et, à partir de janvier 2001, il a dirigé le commandement des opérations interforces dans les Balkans. D'octobre 2002 à octobre 2003, il a commandé les opérations de maintien de la paix dirigées par l'OTAN dans le scénario de guerre du Kosovo, dans le cadre de la mission de la KFOR (Force pour le Kosovo). Parmi d'autres missions, il a été attaché militaire à Pékin. Il a également dirigé l'école d'état-major inter-forces (ISSMI). Il a introduit en Italie la pensée militaire chinoise moderne en traduisant le livre des généraux chinois Qiao Liang et Wang Xiangsui Guerre sans limites. L'art de la guerre asymétrique entre terrorisme et mondialisation. Il a également traduit en italien le livre du général Liang « L'arc de l'empire. Avec la Chine et les États-Unis à chaque extrémité », une analyse d'un point de vue chinois du monde actuel dans sa transition de l'unipolarisme américain au multipolarisme.

Il Fatto Quotidiano 1 juillet 2023

Les militaires n'ont pas souvent l'occasion d'exprimer leur opinion sur les choix politiques. Et il n'y a pas non plus de volonté de la part des militaires d'en discuter. Il existe un fort préjugé selon lequel la politique ne devrait être faite que par les politiciens et les militaires ne devraient s'occuper que d'avions et de chars. Sauf à "faire de la politique" avec des armes, faisant des serviteurs de l'État des serviteurs d'intérêts contraires à la Constitution. C'est pourquoi j'ai toujours pensé qu'il était du devoir des militaires d'exprimer des opinions et des jugements, même sur des questions sociales et politiques qui concernent la sécurité de l'État. Et qu'il est du droit et du devoir des gouvernements et des législateurs d'écouter également leurs opinions.

Aujourd'hui, l'Europe est en guerre : soit parce qu'elle l'accueille à l'intérieur de ses frontières géographiques, soit parce qu'elle y participe activement en soutenant politiquement, économiquement et militairement l'un des belligérants. Notre pays est en guerre et en subit les conséquences avec la perspective de devoir subir pire. La guerre sous toutes ses formes semble être la seule issue. Non pas une guerre métaphorique, mais une guerre réelle, matérielle, cinétique, comme disent les militaires, à laquelle nous sommes alors appelés à faire face. On dit que nous devons aider l'Ukraine à se défendre et que la défense de l'Ukraine est la défense de l'Europe. Il s'agit d'une bataille de civilisation et de liberté. J'ai de nombreux doutes à ce sujet et je me demande pourquoi nous ne nous sommes pas inquiétés plus tôt des menaces qui pesaient sur la liberté de ces mêmes Ukrainiens lorsqu'ils étaient soumis à une guerre par leur propre gouvernement. Et pourquoi le souci de la liberté des peuples ne s'étend pas à d'autres populations soumises à la guerre et à la répression.

La guerre en Ukraine est une obligation envers un pays agressé : c'est vrai, mais le recours à la force doit être approuvé par le Conseil de sécurité de l'ONU, ce qui n'a pas encore été fait. L'OTAN ne fait que se défendre : c'est vrai, mais elle mène depuis vingt ans une attaque sournoise contre la Russie et a déjà attaqué sans autorisation un État souverain membre de l'ONU. La guerre concerne la Russie et l'Ukraine : c'est faux, elle concerne les États-Unis et la Russie et, surtout, l'ensemble de la sécurité européenne. L'intégration de l'Ukraine dans l'OTAN renforcera l'alliance et conduira à la victoire : faux, l'Ukraine est un pays en guerre et son intégration dans l'OTAN conduira à l'implication directe de l'OTAN et donc des États-Unis dans la guerre. Une clause fondamentale du traité de l'Atlantique stipule que les nouveaux membres doivent contribuer à la sécurité de l'alliance. L'Ukraine en guerre contribuera à l'aggravation de la sécurité. Le soutien à l'Ukraine est imposé par l'OTAN : c'est vrai, mais les règles du traité prévoient que les décisions doivent être prises à l'unanimité, ce qui n'est pas le cas. Et quand il y en a, c'est l'unanimité dans le renoncement à s'exprimer et à affirmer la souveraineté des Etats membres. On dit que la participation à la guerre est un intérêt national qui coïncide avec celui de l'OTAN : ce n'est pas vrai, l'intérêt national de pays comme l'Italie est la coopération, la concurrence si l'on veut, mais pas le conflit. Si l'OTAN, comme c'est le cas aujourd'hui, prend parti dans une guerre, elle ne fait que servir les intérêts de quelques pays particuliers. L'Italie pense à ses intérêts dans la production d'armes et la reconstruction de l'Ukraine après la guerre : c'est vrai, le monde entier y pense et il est aujourd'hui nécessaire d'évaluer la part qu'elle peut jouer dans la reconstruction. Cette part pourra-t-elle compenser les pertes sèches que nous subissons aujourd'hui dans les domaines matériel, économique et financier ? Nous avons besoin de paix : c'est vrai, mais pas à n'importe quel prix, et pas même d'une paix temporaire qui contient, comme tous les traités de paix, les germes de conflits ultérieurs.

Les choix politiques de cette période sont importants et une solution au conflit est tout aussi possible politiquement et diplomatiquement qu'il était possible de l'éviter ou de le rompre à tout moment. Aujourd'hui, il est de plus en plus difficile de négocier, et il faut pour cela renoncer à quelque chose. Les renoncements de la Russie et de l'Ukraine ne sont pas les seuls nécessaires : nous avons besoin d'un compromis qui préserve la sécurité européenne. La politique doit dépoussiérer des concepts anciens, mais qui ont fait leurs preuves. Par exemple, la démilitarisation du conflit, comme lorsque l'Iran et l'Irak, en guerre depuis dix ans, ont été privés d'aide étrangère ; la démilitarisation d'une zone de sécurité en Ukraine et en Russie et la neutralité des pays qui sont entrés dans le conflit pour réduire l'insécurité perçue par leurs voisins. Toutes ces mesures semblent inefficaces et irréalisables, et ont donc été éliminées de la vision politique orientée dans une seule direction : la guerre. Nous devons inverser l'approche et les considérer comme possibles, car une solution militaire sur le terrain est non seulement impossible, mais dangereuse quelle qu'elle soit.

Une dernière réflexion : "Je perdrai peut-être des voix, mais le programme de mon gouvernement est le suivant : 1. mettre fin au conflit dans le Donbass ; 2. parler aux Russes ; 3. la neutralité de l'Ukraine". Nous sommes en 2019 et le président Zelensky, nouvellement élu, le déclare au Parlement. L'extrême droite a lancé un avertissement : "Il ne perdra pas seulement des voix". Et les commandants des milices dans le Donbass lui ont dit que se rendre sur place et parler aux Russes serait de la haute trahison. Il a changé d'avis. Aujourd'hui, peut-être, avec les mêmes milices décimées et la guerre qui ne se poursuit qu'avec le soutien de l'Occident, la voie est paradoxalement ouverte à la démilitarisation en agissant simplement sur le soutien extérieur. Et elle ouvre la voie à un retour aux intentions d'il y a quatre ans, avec 200 000 morts de plus.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Luciano Canfora : "Holodomor, l'atlantisme plie l'histoire à ses fins".

Général Fabio Mini: L'Ukraine à genoux et l'Europe confrontée au prix du gaz

Sahra Wagenknecht : Le marxisme contre la géopolitique

Jeffrey Sachs : Expansion de l'OTAN et destruction de l'Ukraine

Fulvio Scaglione: LE VICE DE L'OUEST

Le monde de Lénine. Passage à l'Orient

L'élargissement des Brics, l'aube d'un nouveau monde ?

La nouvelle Union européenne ? Un parti unique de l'OTAN et de l'austérité. Les Etats-Unis remercient

L'Ukraine et la paix. Si ce n'est pas maintenant, quand ?

L'arnaque de 1995 : pourquoi Poutine gagne