Pino Arlacchi : L'APOCALYPSE N'EST QUE MÉDIATIQUE : LES ARMEMENTS, LE TERRORISME ET LA VIOLENCE CONTINUENT DE DIMINUER

 

 

 Il Fatto Quotidiano 23/09/2023

par Pino Arlacchi (ici sur l'auteur)

Les médias italiens et occidentaux sont devenus une industrie de la peur qui vit en vendant une vision catastrophique de la sécurité humaine. La guerre en Ukraine est présentée comme le foyer d'une possible troisième guerre mondiale. Le terrorisme continue d'être traité comme une menace permanente, liée à un choc entre l'Occident chrétien et l'Islam. L'immigration est associée à la criminalité. La fin de la Pax Americana au Moyen-Orient ouvre une ère de chaos encore pire que la précédente. Le monde multipolaire, pour nos journaux et télévisions, ne peut être que plus précaire et conflictuel que celui dirigé par les Etats-Unis après 1945.

Des menaces bien plus graves que celles énumérées sont simplement ignorées, ou sous-estimées et remarquées en passant. Le pouvoir écrasant et l'impunité dont jouissent la finance internationale et la criminalité économique, la concentration des richesses entre les mains de l'1% de la population, la polarisation croissante entre une poignée de nations riches qui s'occupent d'elles-mêmes et se fichent du reste de la planète en temps de crise et d'épidémies (voir COVID), ne sont que quelques exemples.
 

L'apocalypse des médias est démentie par les données et les analyses produites par le monde des universités, des instituts statistiques, des fondations et des experts indépendants des financements publics et privés intéressés à promouvoir l'idée d'un chaos mondial.
 

Commençons par l'Ukraine. Pour que l'affrontement entre l'OTAN et la Russie se transforme en conflagration planétaire, il faut que le monde se divise en deux camps. Il est regrettable que 90 % des pays aient refusé de prendre parti contre la Russie, d'envoyer une aide militaire à l'Ukraine et d'imposer des sanctions à Moscou. Il n'y a pas de course aux armements à l'échelle mondiale. La majorité des pays - selon le Global Peace Index 2023 - continuent de réduire leurs dépenses en armement et en personnel militaire. La paix mondiale n'est pas menacée car les priorités de la grande majorité des nations restent ce qu'elles ont toujours été : la santé, l'éducation, le développement, les infrastructures.
 

Ensuite, il y a le fait, pratiquement caché au grand public, de la diminution forte et constante du terrorisme national et international.

Après la flambée en France et en Belgique en 2015, le terrorisme islamiste a effectivement disparu d'Europe - 2 attentats en 2022 - et est en chute libre dans le reste du monde. Selon le Global Terrorism Index 2023, les attentats suicides ont fait 1 947 victimes en 2016 contre 8 en 2022.
 

C'est au Moyen-Orient que le recul du terrorisme est le plus marqué. Depuis le déclin de la guerre civile en Syrie qui a commencé en 2015, jusqu'au début du retrait, sous Trump, des troupes américaines en Irak et en Afghanistan conclu par Biden en août 2021 - les données montrent une réduction entre 70 et 90 pour cent des attaques terroristes dans la région. Ainsi qu'une énorme contraction du nombre de victimes de toutes sortes de conflits : l'exact opposé du désastre prédit par ceux qui croyaient en un Moyen-Orient soudé par la Pax Americana.
 

Le Global Terrorism Index nous apprend qu'en Afghanistan, un an après la prise du pouvoir par les Talibans, les attentats ont été réduits de 75 %.  Parallèlement, le nouveau gouvernement a renouvelé l'interdiction de la production d'opium promulguée en 2000 sous l'impulsion du programme antidrogue des Nations unies dirigé par l'auteur de cet article. L'interdiction a été appliquée de manière à ce que la culture illicite soit quasiment nulle l'année suivante. L'interdiction avait été levée après l'invasion américaine d'octobre 2001, et la production d'opium et d'héroïne avait de nouveau explosé. Le rétablissement de l'interdiction a entraîné une chute de 80 % de la production, enregistrée par satellite en juin de cette année.  Seuls 12 % des attentats terroristes mondiaux ont lieu en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, contre 57 % en 2016. L'épicentre du terrorisme s'est déplacé du Moyen-Orient vers le Sahel, où la multiplication des attentats et des coups d'État est également liée au ressentiment à l'égard des politiques néocoloniales menées par la France dans cette région.

 La violence au détail, c'est-à-dire les meurtres et les massacres, continue également de diminuer. De 2008 à 2023, le taux mondial d'homicides a baissé de 17,1 %, passant de 7,6 à 6,3 pour 100 000 habitants. 104 pays ont vu le nombre d'homicides diminuer en 2023 contre 42 qui ont connu une augmentation. Mais pour les médias, seuls ces derniers existent, comme si la planète n'était composée que du Mexique ou de l'Équateur.

En Europe et en Italie, la criminalité sous toutes ses formes est également en baisse constante.

En Italie, la baisse des homicides est spectaculaire : de 1991 à 2022, ils ont diminué de 84%, 1916 contre 309. Dans les années 70, la moyenne était de 1 600 à 1 700 morts par an entre les guerres de la mafia et de la pègre, les braquages sanglants, les agressions mortelles pour les raisons les plus diverses. Le pays s'est décivilisé. Et il n'est assiégé par personne.
 

Le taux d'homicide italien est le plus bas de tout l'Occident. Il est même inférieur à celui du Japon, pays traditionnellement plus pacifique. En 2022, il y avait, en pourcentage, deux fois moins d'homicides en Italie qu'au Royaume-Uni : 0,6 contre 1,2 pour 100 000 habitants. À Rome, en 2022, le nombre d'homicides s'élève à 29. Un nombre très faible comparé aux 100 de Paris ou aux 179 de Bruxelles, une ville de seulement 1,2 million d'habitants. Le nombre d'homicides pour 100 000 habitants est de 0,9 en Allemagne et de 1,4 en France.

 La dernière enquête du ministère de l'intérieur sur la perception de la sécurité date de cette année. Ses résultats confirment ce qui a été dit jusqu'à présent et démentent les cris de Salvini, Meloni et consorts qui considèrent les immigrés comme la principale cause de la criminalité. Le malaise social est mentionné comme la première raison (16,6 %), immédiatement suivie par la situation économique difficile (15,8 %). Viennent ensuite les pourcentages de citoyens qui attribuent la propagation de la criminalité aux peines peu sévères/exécutions faciles (11,9 %), au manque de culture de la légalité (11,5 %) et à la puissance des organisations criminelles (11,2 %). Neuf pour cent de l'échantillon dénonce la présence insuffisante des institutions de l'État, 5,3 % le peu de moyens dont dispose la police et seulement en dernière position la présence excessive d'immigrés (4,7 %).

Que peut-on faire pour enrayer la progression de l'illégalité ? Pour 16,9 % des citoyens, il est nécessaire d'augmenter l'emploi et seulement 8 % résoudraient le problème en limitant l'accès des immigrants au pays.

61,5 % des citoyens déclarent vivre dans une ville qu'ils considèrent comme sûre, contre 47,5 % en 2019.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Luciano Canfora : "Holodomor, l'atlantisme plie l'histoire à ses fins".

Général Fabio Mini: L'Ukraine à genoux et l'Europe confrontée au prix du gaz

Sahra Wagenknecht : Le marxisme contre la géopolitique

Jeffrey Sachs : Expansion de l'OTAN et destruction de l'Ukraine

Fulvio Scaglione: LE VICE DE L'OUEST

Le monde de Lénine. Passage à l'Orient

L'élargissement des Brics, l'aube d'un nouveau monde ?

La nouvelle Union européenne ? Un parti unique de l'OTAN et de l'austérité. Les Etats-Unis remercient

L'Ukraine et la paix. Si ce n'est pas maintenant, quand ?

L'arnaque de 1995 : pourquoi Poutine gagne