L'Amérique latine se réunit pour mettre fin aux politiques hostiles des États-Unis qui encouragent l'immigration

https://mronline.org/2023/10/26/latin-america-meets-to-end-u-s-hostile-policies-that-encourages-migration/

La migration n'est pas un phénomène nouveau. Pendant des siècles, la population mondiale s'est déplacée d'un endroit à l'autre avec une motivation commune : la recherche d'un avenir meilleur. Cependant, au cours des dernières décennies, les chiffres ont augmenté de façon spectaculaire et dangereuse, en particulier en Amérique latine et dans les Caraïbes, sous l'impulsion de la pandémie de COVID-19, du manque d'opportunités, de la pauvreté, de la violence, du changement climatique et, surtout, de la montée des sanctions unilatérales des grandes puissances à l'encontre de leurs nations "rivales", qui sont presque toujours désavantagées d'un point de vue économique.

Le dialogue sur cette question ne peut être reporté. La crise humanitaire à la frontière entre les États-Unis et le Mexique s'aggrave de jour en jour, sans que les États-Unis ne cherchent des alternatives avec les populations du sud qui permettraient de mettre un terme à l'arrivée illégale de migrants. Au contraire, ils continuent d'appliquer une politique hostile à l'égard du Venezuela et de Cuba et des mesures anti-immigration qui affectent également toute la région.

 Dimanche dernier, onze pays d'Amérique latine et des Caraïbes se sont réunis pour former un bloc régional à la recherche de solutions structurelles à la migration. À l'invitation du président mexicain Andrés Manuel López Obrador, des chefs d'État, des vice-présidents et des ministres des affaires étrangères se sont réunis à Palenque, dans l'État du Chiapas, pour promouvoir le dialogue dans l'espoir de trouver une solution définitive à la crise. Le Belize, la Colombie, le Costa Rica, Cuba, l'Équateur, le Salvador, le Guatemala, Haïti, le Honduras, le Panama et le Venezuela, tous des pays touchés par la migration vers le nord, étaient présents.

"Il est important que les États-Unis ouvrent le dialogue avec nous. Les mesures unilatérales et les sanctions imposées aux pays de la région, en particulier au Venezuela et à Cuba, contribuent à encourager la migration", a averti l'AMLO.

Lors de la réunion régionale, le président cubain Miguel Diaz-Canel a assuré qu'en général, aucune des motivations traditionnelles n'était étrangère à Cuba. Toutefois, le potentiel migratoire de Cuba est exacerbé et stimulé, de manière significative, par la politique hostile des États-Unis à l'égard de notre pays.

"Cette politique hostile, qui a un impact direct sur le flux migratoire cubain et, collatéralement, sur les pays de la région qui servent de couloir de migration, est directement liée au blocus économique qui réduit le revenu réel des Cubains et les fait souffrir de la faim et de la misère. La classification injuste, absurde et arbitraire de Cuba comme État soutenant le terrorisme pèse lourd dans les effets économiques de cette politique", a déclaré M. Diaz-Canel.

Pour des raisons politiques visant à déstabiliser Cuba, le gouvernement américain accorde également un traitement privilégié aux Cubains qui arrivent à ses frontières méridionales ou maritimes.

"La grande majorité de ces migrants sont acceptés quel que soit le statut avec lequel ils sont arrivés à la frontière ou ont réussi à la franchir. Par conséquent, de nombreux Cubains sont convaincus que, contrairement aux ressortissants d'autres pays, leurs chances de s'installer aux États-Unis sont très élevées s'ils atteignent la frontière par n'importe quel moyen", a-t-il souligné.

Enfin, aux États-Unis, il existe une loi fédérale appelée Cuban Adjustment Act, en vertu de laquelle tout Cubain entré dans le pays après le 1er janvier 1959 peut obtenir une résidence permanente après un an d'arrivée.

"Il s'agit d'un privilège exclusif pour les Cubains et d'une incitation extraordinaire pour le migrant", a commenté le président.

Lors de la réunion régionale, les participants ont insisté sur le fait que cette réglementation montre que le gouvernement américain fait passer les objectifs de déstabilisation de Cuba avant ses priorités nationales en matière d'immigration.

"Tous les pays du monde condamnent cette situation à chaque assemblée de l'ONU. La grande majorité d'entre eux votent en faveur de la levée du blocus contre Cuba", a déclaré AMLO, qui doit rencontrer le président américain Joe Biden le mois prochain et s'efforcera d'encourager le dialogue entre Washington et l'île.

Les réunions régionales comme celle de Palenque redonnent de l'espoir aux familles latino-américaines qui cherchent à prospérer dans leur propre pays. L'image des dix chefs d'État et représentants de gouvernement se serrant la main est encourageante et nous fait oublier pour un temps le gigantesque mur construit à la frontière nord du Mexique et les milliers de morts qui, année après année, se produisent dans les déserts, les jungles et les mers qui bordent le centre du pouvoir mondial.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Luciano Canfora : "Holodomor, l'atlantisme plie l'histoire à ses fins".

Général Fabio Mini: L'Ukraine à genoux et l'Europe confrontée au prix du gaz

Sahra Wagenknecht : Le marxisme contre la géopolitique

Jeffrey Sachs : Expansion de l'OTAN et destruction de l'Ukraine

Fulvio Scaglione: LE VICE DE L'OUEST

Le monde de Lénine. Passage à l'Orient

L'élargissement des Brics, l'aube d'un nouveau monde ?

La nouvelle Union européenne ? Un parti unique de l'OTAN et de l'austérité. Les Etats-Unis remercient

L'Ukraine et la paix. Si ce n'est pas maintenant, quand ?

L'arnaque de 1995 : pourquoi Poutine gagne