Prabhat Patnaik : Il est temps de mettre un terme au colonialisme expropriatif sous couvert de "victimisation".

 

https://mronline.org/2023/11/20/time-to-stop-settler-colonialism-under-cloak-of-victimhood/ 

par Prabhat Patnaik

20 novembre 2023

Les XVIIIe et XIXe siècles ont vu l'émergence de deux paradigmes différents du colonialisme : le premier, dont l'Inde est l'exemple classique, impliquait la conquête de pays qui avaient une histoire d'administrations centrales établies, soutenues par des systèmes établis d'extraction de surplus, et le remplacement de ces anciennes administrations par des régimes coloniaux.

L'essence de ce colonialisme était, outre la recherche d'un marché pour les marchandises européennes au détriment des artisans locaux, l'expropriation de ce surplus et son renvoi vers la métropole sous la forme de marchandises dont la métropole avait besoin.

Il y a eu très peu de migration de la population européenne vers ces pays, qui étaient déjà bien peuplés et dont la situation sous les tropiques décourageait une telle migration depuis la situation tempérée de la métropole.

L'autre paradigme, dont les États-Unis sont l'exemple classique, impliquait la conquête de territoires où la population locale était chassée de ses terres et occupée par des colons venus de la métropole.

Il s'agissait essentiellement d'une migration à partir de la métropole et de la prise de possession de la terre (et d'autres biens) des habitants locaux, qui étaient soit décimés, soit parqués dans des "réserves". Je qualifierai ces deux paradigmes respectivement de "colonialisme expropriatif" et de "colonialisme de peuplement".

La différence entre les deux consiste dans le fait que dans un cas, le colonialisme a pris les produits de la terre ; dans l'autre cas, il a pris la terre elle-même.

Dans le premier cas, il a besoin de la population locale pour travailler la terre ; s'il exproprie une trop grande partie des produits de la terre, la population locale est affamée, comme cela s'est produit en Inde britannique sous la forme de famines récurrentes. Mais elle devait aussi prendre des mesures d'amélioration afin que suffisamment de personnes survivent pour produire le surplus qu'elle devait exproprier.

Dans le cas des colonies de peuplement, cependant, il n'y avait pas de nécessité aussi impérieuse de préserver une population locale, surtout si l'ampleur de l'immigration en provenance de la métropole était suffisante, ou si des travailleurs pouvaient être facilement trouvés ailleurs au cas où la population locale serait décimée. Le colonialisme de peuplement était donc généralement associé au nettoyage ethnique, et souvent au nettoyage ethnique génocidaire.

Le colonialisme de peuplement présente une autre caractéristique importante. Il avait tendance à être expansionniste, en ce sens que les terres occupées par les colons ne cessaient de s'étendre. Cela se produit lorsque l'immigration dans la région se poursuit, mais aussi dans d'autres cas, jusqu'à ce qu'une limite naturelle soit atteinte pour les terres pouvant être occupées, ou que les frontières d'un État voisin puissant fassent obstacle à toute nouvelle occupation.

On aurait pu penser que tout cela appartenait au passé : si l'impérialisme reste une réalité sous le capitalisme, le colonialisme n'est plus un sujet d'actualité. Mais ce n'est pas le cas.

Israël est devenu un exemple classique de colonialisme de peuplement à l'époque contemporaine. Les Juifs, une minorité persécutée pendant des siècles, dont la persécution a atteint son point culminant dans l'Holocauste, sont initialement venus en Palestine, encouragés par le colonialisme britannique, en tant que réfugiés d'un monde hostile, et ont créé l'État sioniste d'Israël en 1948. Mais avec la connivence et l'intervention active de l'impérialisme américain, et avec une succession de gouvernements de droite au pouvoir dans ce pays, ce qui avait commencé comme un havre pour les réfugiés persécutés est devenu un exemple de colonialisme de peuplement moderne. Il a commencé à présenter toutes les caractéristiques du colonialisme de peuplement, depuis sa tendance expansionniste intrinsèque, les colons armés du pays étant encouragés à s'installer dans de nouvelles régions comme la Cisjordanie et la bande de Gaza, jusqu'à sa propension au nettoyage ethnique, et maintenant même au recours au génocide.

Tous les colonialismes de peuplement se caractérisent par un régime d'apartheid. D'une certaine manière, cela est vrai pour tous les colonialismes, où il existe une division stricte au sein de chaque ville coloniale entre la zone où les patrons coloniaux vivent et travaillent, et la zone où vivent les gens ordinaires ; mais sous le colonialisme de peuplement, les zones "blanches" n'accueillent pas seulement un petit nombre de fonctionnaires coloniaux, mais aussi une importante population immigrée, ce qui les fait ressembler beaucoup plus à une situation d'apartheid. Il n'est pas surprenant que l'exemple contemporain du colonialisme de peuplement, Israël, présente également une image classique de l'apartheid.

Le colonialisme israélien n'aurait pas pris son essor sans le soutien solide de l'impérialisme occidental. Pour les impérialistes, il s'agit avant tout d'un moyen de surmonter tout sentiment de culpabilité lié à des siècles de persécution des Juifs. Les pays impérialistes se déculpabilisent aux dépens de la population palestinienne.

Et pour la droite israélienne, les siècles de persécution, et surtout l'Holocauste, constituent une sorte de couverture pour le colonialisme de peuplement ; toute critique de ce colonialisme et des phénomènes qui lui sont associés comme l'apartheid, l'expansionnisme, le nettoyage ethnique, voire le génocide, est immédiatement taxée d'"antisémitisme", ce qui la rend évidemment abominable en raison de son association avec l'histoire des pogroms et, plus récemment, avec le nazisme.

Cela convient parfaitement à l'impérialisme et à la droite partout dans le monde, comme le montre le fait que, même au milieu des horreurs actuelles infligées à la population de Gaza par le gouvernement israélien, les manifestations pro-palestiniennes sont interdites dans la plupart des centres métropolitains. Elles ont néanmoins lieu, bien sûr, mais en dépit de la désapprobation du gouvernement. En fait, de telles manifestations à Londres ont incité la ministre britannique de l'intérieur, Suella Braverman, à accuser la police londonienne d'avoir un parti pris pro-palestinien !

Une deuxième raison pour laquelle les impérialistes soutiennent le colonialisme israélien est que ces pays sont eux-mêmes nés du colonialisme ou en ont bénéficié dans le passé. Des pays comme les États-Unis, le Canada et l'Australie étaient des produits du colonialisme de peuplement ; ayant pratiqué l'épuration ethnique comme moyen de leur propre émergence, ils ne peuvent guère désapprouver cette pratique aujourd'hui, en particulier lorsqu'un pays favorisé comme Israël la pratique.

La raison la plus puissante de leur soutien réside toutefois dans le fait qu'Israël est devenu un allié puissant de l'impérialisme, son satrape local en Asie occidentale.

L'impérialisme a utilisé plusieurs instruments pour maintenir son hégémonie dans la région, du soutien aux groupes fondamentalistes islamiques (y compris le Hamas lui-même) à l'affaiblissement des mouvements progressistes-laïques, de gauche et communistes dans la région (le communisme avait une base très solide dans le monde arabe), jusqu'à l'intervention armée ; et le soutien et l'armement du colonialisme israélien est un instrument extrêmement puissant dans son arsenal.

Il n'est pas surprenant que, même en plein génocide à Gaza, les États-Unis aient voté contre une résolution de l'Assemblée générale des Nations unies demandant un cessez-le-feu immédiat. Ironiquement, ils demandent une "pause" occasionnelle dans l'assaut israélien pour des raisons "humanitaires". Son humanitarisme revient donc à dire : laissez Israël tuer et blesser autant de personnes qu'il le souhaite, mais l'humanitarisme exige que les morts et les blessés soient évacués périodiquement !

Le dénouement logique inévitable du colonialisme israélien, s'il est autorisé à se poursuivre, est le nettoyage ethnique génocidaire de la population palestinienne ; en effet, l'enfermement de la population dans des "prisons à ciel ouvert" comme Gaza, rappelant les réserves dans lesquelles les Amérindiens ont été confinés par les immigrants venus d'Europe, ne sera pas considéré comme suffisant pour assurer la "sécurité" israélienne.

Il est instructif, dans ce contexte, que les entreprises de construction israéliennes veuillent des travailleurs indiens pour remplacer les Palestiniens, ce qui ne fait que souligner le fait que l'existence de vastes réserves de main-d'œuvre du tiers monde rend tout groupe particulier de personnes, comme les Palestiniens, tout à fait dispensable pour le colonialisme de peuplement israélien.

Ce colonialisme de peuplement doit être stoppé, dans l'intérêt non seulement du peuple palestinien, mais aussi des peuples du monde entier, car il représente le détachement le plus agressif et le plus impitoyable de l'impérialisme contemporain, qui se drape d'autosatisfaction en raison des siècles de souffrance du peuple juif. Cela ne peut se faire qu'avec la pression de l'opinion publique mondiale.

De nombreux pays comme la Colombie, la Bolivie et l'Afrique du Sud ont rompu leurs relations diplomatiques avec Israël. Un soutien immense au peuple palestinien s'exprime dans le monde entier, avec des manifestations publiques organisées dans plusieurs pays métropolitains, où le nombre de participants a été sans précédent ces dernières années.

Nombre de ces manifestations ont été soutenues ou organisées par la population juive locale, qui a exprimé son opposition au génocide perpétré à Gaza et à l'assimilation de toute opposition à l'antisémitisme.

L'avenir non seulement du peuple palestinien, mais aussi des peuples du monde entier, dépend de manière cruciale du succès de cette résistance mondiale qui est en train d'éclater.

Le blog n'adhère pas nécessairement à tous les points de vue exprimés dans les articles republiés. Notre objectif est de partager une variété de perspectives que nous pensons que nos lecteurs trouveront intéressantes ou utiles.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Luciano Canfora : "Holodomor, l'atlantisme plie l'histoire à ses fins".

Général Fabio Mini: L'Ukraine à genoux et l'Europe confrontée au prix du gaz

Sahra Wagenknecht : Le marxisme contre la géopolitique

Jeffrey Sachs : Expansion de l'OTAN et destruction de l'Ukraine

Fulvio Scaglione: LE VICE DE L'OUEST

Le monde de Lénine. Passage à l'Orient

L'élargissement des Brics, l'aube d'un nouveau monde ?

La nouvelle Union européenne ? Un parti unique de l'OTAN et de l'austérité. Les Etats-Unis remercient

L'Ukraine et la paix. Si ce n'est pas maintenant, quand ?

L'arnaque de 1995 : pourquoi Poutine gagne