L'arnaque de 1995 : pourquoi Poutine gagne

 

Par Pino Arlacchi | 21 mars 2024 | Il Fatto Quotidiano

Poutine a de nouveau remporté les élections, et son succès semble être une énigme pour de nombreux commentateurs. J'ai connu et visité plusieurs fois la Russie post-communiste, celle des années 1990.

La Russie d'Eltsine : un État à l'agonie dont les plus grands architectes et bénéficiaires étaient les gouvernements occidentaux associés aux oligarques du style Khodorkovsky et Berezovsky.

Un État en euthanasie, amoureusement assisté par la finance occidentale, qui avait saisi l'occasion de la chute du communisme pour bâtir une montagne d'argent sur lui. Ce sont les banques européennes et américaines qui ont accaparé l'argent des oligarques et contribué à mener un grand pays au bord de la faillite.

L'élite criminelle la plus proche des oligarques amis d'Eltsine était les patrons de Cosa Nostra. Même férocité, même proterité politique masquée, chez les Russes, par un niveau de richesse, d'éducation et de statut social bien supérieur. Les anciens chevriers des Corleone n'ont jamais rêvé des niveaux d'opulence et de sophistication des magnats du crime russes.

Le chef de la mafia russe était Boris Berezovsky, celui que l'on interviewait en tant que réfugié politique en Angleterre. Un homme capable d'ordonner un assassinat dans la matinée, puis d'aller dîner avec un George Soros déterminé à le rédimer. Berezovsky était mathématicien, membre de l'Académie des sciences de Russie, et Khodorkovsky lui-même était un important dirigeant du parti.

Les autres patrons étaient tous connus du grand public en tant que parlementaires, hommes d'affaires, maires, propriétaires de journaux et de télévisions. Sans ce niveau intellectuel et politique, l'oligarchie criminelle russe n'aurait pas pu concevoir ce qui est à ce jour la plus grande fraude de l'histoire. Née d'une alliance entre les "7 magnifiques" conclue à Davos lors du Forum mondial pour soutenir Eltsine aux élections, cette escroquerie a permis de mettre entre leurs mains près de la moitié des richesses de la Russie.

La maxi escroquerie s'appelait "prêts contre actions" et fonctionnait de la manière suivante. Fin 1995, le gouvernement russe, au lieu d'emprunter auprès de la Banque centrale, s'est tourné vers les banques des oligarques. En guise de garantie pour les crédits accordés, ces banques ont reçu la garde temporaire des actions majoritaires des plus grandes entreprises du pays. Un an plus tard, pour permettre aux oligarques de conserver les actions, le gouvernement a décidé de ne pas rembourser les prêts. C'est ainsi que Berezovsky et ses hommes, après avoir prêté 110 millions de dollars, se sont retrouvés à détenir 51% d'une entreprise, Sibneft, d'une valeur de 5 milliards de dollars. Le groupe Menatep, dirigé par Khodorkovsky, a payé 160 millions pour prendre le contrôle de Lukoil, une compagnie pétrolière valant plus de 6 milliards de dollars. La banque d'un autre ami d'amis, Potanin, a dépensé 250 millions de dollars pour s'emparer de Norilsk Nickel, un leader mondial de la production de métaux, d'une valeur d'environ 2 milliards de dollars.

La fraude des "prêts contre actions" est le vice fondateur du nouveau capitalisme russe. Elle a consolidé le pouvoir d'une oligarchie politico-mafieuse qui a engendré le plus grand désastre subi par la Russie depuis l'invasion nazie de 1941. Le PIB du pays a été divisé par deux en quelques années. L'épargne de toute la population s'est évaporée en raison de la dévaluation sauvage du rouble. Dans les années 1990, la pauvreté est passée de 2 à 40 % de la population. L'âge moyen a baissé de cinq ans en raison du retour de maladies qui avaient disparu. Pendant de longues périodes, l'État est incapable de payer les pensions et les salaires, tandis que des bandes de délinquants de toutes sortes parcourent le pays.

La ploutocratie qui a prospéré sous Eltsine n'est cependant pas le capitalisme primitif qui a précédé le capitalisme propre. C'était un système de pouvoir sans avenir, qui devait continuer à voler et à corrompre pour survivre. Son talon d'Achille était l'absence de protection juridique solide.

La peur d'être exproprié par un gouvernement hostile, qui pourrait déclarer illégitimes les privatisations et les appropriations fictives, et la peur des oligarques d'être à leur tour volés par d'autres voleurs, ont eu deux conséquences. D'abord, ils ont poussé le butin hors de Russie. Jusqu'ici, tout allait bien, car de l'autre côté de la frontière, les grandes mâchoires des banques suisses, britanniques et américaines étaient grandes ouvertes et heureuses de blanchir leurs avoirs.

Mais les problèmes sont apparus lorsque les mafiosi russes, pour garantir l'impunité, ont été contraints de perpétuer leur pacte infâme avec la politique. En 1999, un homme des services secrets était arrivé au pouvoir, apprécié d'Eltsine et des oligarques eux-mêmes, et considéré par eux comme un premier ministre parmi d'autres, remplaçable, si nécessaire, au bout de quelques mois. Je me souviens très bien de ma première rencontre, en tant que cadre des Nations unies, avec un Poutine nouvellement nommé qui s'inquiétait d'être perçu comme une étoile filante.

Mais Vladimir Poutine avait une particularité. Dans son dos, il y avait aussi les morceaux du KGB qui ne s'étaient pas déversés dans le chaudron criminel de l'État russe en désintégration : des morceaux d'un État en désarroi qui étaient devenus marginaux, mais qui étaient toujours vivants, et en tout cas dépositaires d'un sentiment d'appartenance à la nation profondément ressenti par les citoyens russes.

Tirant parti de ces radeaux à la dérive et de l'immense ressentiment collectif à l'égard d'Eltsine et des chefs de la mafia, Poutine a rapidement pris ses distances avec ses partisans. Après seulement quelques mois au pouvoir, il a su placer les oligarques devant une alternative : retour dans les rangs du pouvoir financier, sans prétention à la maîtrise du politique, en échange du renoncement du gouvernement à récupérer les biens mal acquis des privatisations et des fraudes, ou guerre totale, avec renationalisation des biens publics pillés et fin de l'impunité pour les crimes commis par les meneurs (massacres, vols, fraudes, extorsions, évasion fiscale à foison).

Des contacts appropriés ont également été pris avec le Programme que je dirigeais aux Nations Unies et qui venait de lancer une initiative pour la confiscation, au nom des gouvernements lésés, des avoirs illicitement blanchis dans les centres financiers de la planète.

Face à la proposition de Poutine, le front mafieux s'est divisé. Certains oligarques l'ont acceptée. D'autres s'en moquent, commettant ainsi l'erreur fatale de sous-estimer la force de l'ancien colonel du KGB, devenu entre-temps président de la Fédération de Russie. Afin d'éviter divers mandats d'arrêt, Berezovsky s'est réfugié au Royaume-Uni, d'où il a commencé à financer des activités anti-russes avec l'approbation des services de sécurité de Sa Majesté. Khodorkovsky, quant à lui, a envisagé de défier Poutine sur le plan politique, en finançant des partis hostiles à ce dernier dans l'espoir de le renverser. Cela a mal tourné pour l'un comme pour l'autre. Berezovsky a fini par se suicider. Khodorkovski a fini en prison pour le meurtre d'un maire qui avait osé obliger son entreprise à payer des impôts, et en est sorti dix ans plus tard.

Au cours des décennies qui ont suivi, Poutine a reconstruit l'État et est en train de gagner une guerre contre l'Occident, ce qui a encore accru sa popularité. La Russie d'aujourd'hui est encore pleine de problèmes, mais elle n'a plus à craindre pour sa survie en tant qu'État et en tant que nation. Bien entendu, Poutine a lui aussi des défauts et des problèmes de taille. Mais il s'agissait ici de révéler le secret (de Polichinelle) de la cote de popularité de Vladimir Poutine.

--

Pino Arlacchi est candidat aux élections européennes pour la liste Pace Terra Dignità.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Luciano Canfora : "Holodomor, l'atlantisme plie l'histoire à ses fins".

Général Fabio Mini: L'Ukraine à genoux et l'Europe confrontée au prix du gaz

Fulvio Scaglione: LE VICE DE L'OUEST

Jeffrey Sachs : Expansion de l'OTAN et destruction de l'Ukraine

Le monde de Lénine. Passage à l'Orient

L'élargissement des Brics, l'aube d'un nouveau monde ?

L'Ukraine et la paix. Si ce n'est pas maintenant, quand ?

Nous avons besoin de la paix, mais pas à n'importe quel prix

Les caractéristiques économiques de la question palestinienne