L'OTAN aboie toujours aux portes de la Russie

 

par Francesco Sylos Labini

20 Février 2024

Les tambours de la guerre retentissent. Rob Bauer, président du Comité militaire de l'OTAN, a déclaré que "nous devons réaliser que vivre en paix n'est pas une évidence. C'est pourquoi nous (l'OTAN) nous préparons à un conflit avec la Russie". Au Royaume-Uni, le ministre de la défense et le chef des forces armées parlent de la génération actuelle comme celle d'une "pré-guerre", car "l'ère des dividendes de la paix est révolue". La rhétorique qui monte est très sérieuse et passe sans problème dans le récit quotidien. Lorsque je lis des commentaires affirmant que "si vous voulez la paix, préparez-vous à la guerre", je me souviens du célèbre poème de Trilussa, L'eroe ar caffè, celui qui "aplatit les montagnes, écrème, tire, tue, "pour moi - il marmonne - il n'y a qu'un seul chemin les biscuits dans la tasse". Si ces personnages pathétiques poussent comme des champignons dans le débat public, ce n'est pas un hasard : la militarisation de la société se poursuit aux mains d'une élite qui n'a aucune légitimité pour le faire, mais qui sait que c'est le seul moyen de maintenir un pouvoir chaque jour plus délégitimé.


La guerre en Ukraine a révélé la faiblesse de l'OTAN, qui est probablement entrée dans une crise irréversible. Derrière la rhétorique d'une probable attaque russe contre un pays de l'OTAN comme les pays baltes ou la Pologne, il y a précisément le symptôme de la futilité d'une alliance qui a définitivement perdu, face à tout observateur du "Sud global", le sens de son existence et qui cherche dans "l'ennemi extérieur" la raison de masquer sa défaite militaire et politique. La Russie n'a aucun intérêt, ni même la possibilité, d'attaquer un pays de l'OTAN. D'une part, elle est dans une phase de déclin démographique où les guerres de conquête supposent une forte expansion interne, et d'autre part, l'invasion d'un pays comme la Pologne nécessite une armée de millions d'hommes bien armés, ce qui n'est pas à l'ordre du jour actuellement.


La guerre a une fois de plus mis en évidence le caractère largement antidémocratique des institutions politiques, tant dans les pays qui se sont montrés totalement soumis aux décisions de Bruxelles, qu'au sein de la Commission européenne et de l'OTAN : mais si la première a une vague légitimité démocratique puisqu'elle est désignée par les gouvernements des pays membres, la seconde n'a rien à voir avec la démocratie et on ne voit pas très bien à quel titre le secrétaire général Jens Stoltenberg peut dicter des choix politiques essentiels. Rappelons, par exemple, qu'il n'y a pas d'obligation d'atteindre un niveau de dépenses de défense de 2 % du PIB.


S'il est difficile d'imaginer que l'opinion publique européenne puisse suivre cette politique insensée et accepter des mesures telles que la réintroduction de la conscription obligatoire, la mobilisation des jeunes générations ou une augmentation significative des dépenses militaires (qui est le véritable et unique objectif de ce tir de barrage), il est également possible que ce qui se profile à l'horizon, la guerre, se révèle être une prophétie auto-réalisatrice et qu'il soit trop tard pour que l'opinion publique prenne conscience de l'absurdité de la situation. Le sentiment est que, comme toujours au cours des trente années d'unipolarité dirigée par les États-Unis, les chiffres sont comptés sans l'aubergiste, puisqu'une crise régionale pourrait incontrôlablement déboucher sur une guerre plus vaste.


Le vrai problème, en fait, est ce que l'on appelle le "dilemme de la sécurité", selon lequel, dans une confrontation entre deux pays concurrents, si l'un des deux interprète mal les actions défensives de l'autre comme étant offensives, une spirale d'insécurité mutuelle peut se mettre en place et conduire inévitablement à un conflit. Le dilemme de la sécurité sur la scène internationale est souvent remis en question lorsque les actions d'un pays pour protéger sa sécurité, telles que l'installation de bases militaires à des fins défensives, l'acquisition d'armes ou une simple provocation verbale, sont perçues comme des menaces par un pays voisin. Les déclarations constantes des responsables politiques et militaires des pays européens et de l'OTAN elle-même, relayées sans esprit critique par la presse et la télévision, ne peuvent qu'être interprétées comme une provocation par la Russie, notamment à la lumière des événements survenus dans le cadre de la question ukrainienne, qui dure depuis longtemps.


Les gouvernements européens semblent procéder comme en 1914 : "Ceux qui détenaient les leviers du pouvoir étaient comme des somnambules, apparemment alertes mais incapables de voir, tourmentés par des cauchemars mais aveugles à la réalité de l'horreur qu'ils étaient sur le point d'introduire dans le monde". C'est pourquoi il est important, voire crucial, de réfléchir aux changements de l'époque actuelle, à leurs raisons et à leurs évolutions possibles, voire probables, et d'essayer, à sa mesure, d'endiguer la vague qui s'avance.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Luciano Canfora : "Holodomor, l'atlantisme plie l'histoire à ses fins".

Général Fabio Mini: L'Ukraine à genoux et l'Europe confrontée au prix du gaz

Sahra Wagenknecht : Le marxisme contre la géopolitique

Jeffrey Sachs : Expansion de l'OTAN et destruction de l'Ukraine

Fulvio Scaglione: LE VICE DE L'OUEST

Le monde de Lénine. Passage à l'Orient

L'élargissement des Brics, l'aube d'un nouveau monde ?

La nouvelle Union européenne ? Un parti unique de l'OTAN et de l'austérité. Les Etats-Unis remercient

L'Ukraine et la paix. Si ce n'est pas maintenant, quand ?

L'arnaque de 1995 : pourquoi Poutine gagne